Regards croisés sur les familles contemporaines : enjeux sociaux, juridiques et économiques

Depuis sa création en 1993, le partenariat Familles en mouvance se consacre à l’avancement et à la mobilisation des connaissances scientifiques sur les réalités familiales. La programmation scientifique actuelle du partenariat (2018-2022) poursuit les réflexions entamées lors de la dernière programmation sur les transformations de la famille et de son environnement, qui témoignent de modifications profondes dans l’organisation sociale et symbolique de la parenté.

Union libre, homoparentalité, procréation assistée, décompositions et recompositions familiales…, notre modèle familial de référence, qui liait la filiation au mariage, à la procréation et à la sexualité, s’est désarticulé et on assisterait à un éclatement de la cohérence normative (normes religieuses, sociales, juridiques, économiques, etc.) qui supportait traditionnellement l’institution sociale de la famille et de la parenté.

Cette hypothèse d’une reconfiguration normative demande à être examinée plus finement au Québec : il s’agit d’en cerner la nature et l’ampleur, mais aussi d’en comprendre les effets sur les pratiques des familles et plus largement de documenter les problèmes engendrés par la multiplicité des visions, définitions et mesures de la famille, selon l’instance concernée (administrative, politique, juridique, économique).

Élaborée en collaboration avec nos partenaires (quatre ministères et organismes gouvernementaux et quatre regroupements d’organismes familiaux), notre programmation s’articule autour de trois axes de recherche complémentaires qui visent à documenter et à comprendre les transformations de la famille contemporaines.

Axe 1 : Pluralité normative entourant les liens conjugaux

Cet axe de recherche se concentre sur les enjeux sociaux et juridiques entourant les transformations et la multiplication des formes de la conjugalité. Au cœur de ces questions, se trouvent les négociations conjugales autour d’enjeux aussi divers que le choix de l’union (mariage, union libre, etc.), les liens économiques entre conjoints, la conciliation travail-étude-famille, la rupture et ses conséquences sur les membres de la famille (contrats de vie commune, arrangements à l’amiable, médiation, etc.).

Quelles sont les contraintes (économiques, structurelles, sociales, etc.) qui limitent ces négociations et les possibilités réelles de faire des choix et pour quels individus et familles (migrantes, réfugiées, jeunes, âgés, etc.) ?

Membres du comité de l’axe 1

Le comité d’axe a pour mandat d’élaborer annuellement une programmation d’activités de recherche, de diffusion et de transfert liée aux travaux de l’axe.

  • Hélène Belleau, INRS (sociologie)
  • Benoît Laplante, INRS (démographie)
  • Maude Pugliese, INRS (sociologie)
  • Carmen Lavallée, Université Sherbrooke (droit)
  • Chiara Piazzesi, UQAM (sociologie)
  • Lise Gervais, Relais-femmes
  • Lorraine Desjardins, FAFMRQ
  • Brigitte Beauvais, ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
  • Jacinthe Roberge, ministère de la Famille
  • Mylène Des Ruisseaux, Curateur public du Québec
  • Milaine Alarie, INRS (sociologie)

Axe 2 : Pluralité normative entourant les liens de filiation

Cet axe de recherche se concentre sur les enjeux sociaux et juridiques entourant les transformations de la filiation, de la parentalité et de la procréation. Les questions relatives à la filiation se complexifient en lien avec les recompositions familiales, les procréations assistées et les adoptions qui, d’un côté, font éclater les notions de maternité et de paternité (génétique, gestationnelle, d’intention, d’adoption, etc.) et, de l’autre, multiplient les situations de pluriparentalité ou de pluriparenté effective.

Trois enjeux normatifs retiennent particulièrement notre attention autour de ces transformations et de leurs incidences sur le plan éthique : 1. le désir/non désir d’enfant et sa mise en œuvre (contraception, nouvelles techniques de reproduction, stérilisation, etc.), 2. la transmission des repères familiaux de l’identité (rituels de parenté, droit aux origines, nomination, etc.) et 3. la régulation des liens entre parents et enfants dans les diverses formes familiales.

Membres du comité de l’axe 2

Le comité d’axe a pour mandat d’élaborer annuellement une programmation d’activités de recherche, de diffusion et de transfert liée aux travaux de l’axe.

  • Laurence Charton, INRS (sociologie, démographie)
  • Isabel Côté, UQO (travail social)
  • Carmen Lavallée, Université de Sherbrooke (droit)
  • Solène Lardoux, Université de Montréal (démographie)
  • Philippe Pacaut, ministère de la Famille (démographie)
  • Denise Lemieux, INRS (sociologie)
  • Françoise-Romaine Ouellette, INRS (anthropologie)
  • Michelle Giroux, Université d’Ottawa (droit)
  • Brigitte Beauvais, ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
  • Mona Greenbaum, CF-LGBT
  • Mylène Des Ruisseaux, Curateur public du Québec
  • Milaine Alarie, INRS (sociologie)

Axe 3: Enjeux normatifs en lien avec les solidarités, la protection et la participation sociales

Cet axe vise à documenter les problèmes engendrés par la multiplicité des visions, définitions et mesures de la famille, selon l’instance concernée (administrative, politique, juridique, économique). Les travaux réalisé sau cours de la dernière programmation ont amené les chercheurs et les partenaires à faire le constat que par ses
programmes et politiques, l’État oscille entre d’une part, une vision institutionnelle de la famille qui joue un rôle unique et irremplaçable dans la reproduction (biologique et sociale) des populations et d’autre part, une vision qui réduit la famille à sa dimension nucléaire voire à la dyade parent-enfant. Cette ambivalence entre deux visions opposées engendre des tensions entre les solidarités familiales et les libertés individuelles (i.e. prise en compte du revenu familial dans l’attribution de services, limites des aides reçues par les proches aidants, à l’aide sociale, etc.). Qu’est-ce qui distingue les familles d’autres formes d’organisations sociales ? Qui fait vraiment partie de la
famille? Enfin, les outils méthodologiques disponibles (catégories statistiques, enquêtes, etc.) permettent-ils encore d’appréhender les réalités contemporaines [

Membres du comité de l’axe 3

Le comité d’axe a pour mandat d’élaborer annuellement une programmation d’activités de recherche, de diffusion et de transfert liée aux travaux de l’axe.

  • Hélène Belleau INRS (sociologie)
  • Benoît Laplante, INRS (démographie)
  • Solène Lardoux, UdeM (démographie)
  • Marianne Kempeneers, UdeM (sociologie)
  • Philippe Pacaut, ministère de la Famille (démographie)
  • Michelle Giroux, U. Ottawa (droit)
  • Nathalie St-Amour, UQO (travail social)
  • Sylvie Lévesque, FAFMRQ
  • Lise Gervais, Relais-Femmes
  • Marie Rhéaume, Réseau Québec Famille
  • Nathalie Bolduc, ministère de la Famille
  • Mylène Des Ruisseaux, Curateur public du Québec

À cette programmation de recherche, s’ajoute la banque informatisée de données Famili@ et les fiches de l’Observatoire des réalités familiales du Québec. Mise à jour annuellement, Famili@ recense la recherche québécoise sur la famille et contient les références de plus de 13,000 publications. L’Observatoire publie régulièrement des fiches présentant le contenu d’articles scientifiques récents sous forme de courts textes vulgarisés.

Banque de données Famili@
la recherche québécoise
sur la famille en plus
de 11 000 fiches